“Matière pensante” – Représentations du problème du corps et de l’esprit en Europe de la Renaissance aux Lumières.
Oxford (24-25 mai 2012)

Nous attendons des communications d’une demie-heure maximum sur le sujet suivant : « Matière pensante? » Représentations du problème du corps et de l’esprit en Europe de la Renaissance aux Lumières.
Les propositions de communication doivent nous parvenir avant le 30 Avril 2011.
La conférence aura lieu sur deux jours, à la Maison Française d’Oxford, les 24 et 25 mai 2012.
Nous sommes en mesure d’offrir à tous les participants une nuit d’hébergement ainsi que les repas sur place (y compris le dîner de conférence). Il ne nous sera pas possible, en revanche, de prendre en charge les frais de voyage.
Si vous souhaitez nous soumettre une proposition de communication, ou simplement assister à la conférence, ou si vous désirez recevoir de plus amples informations, n’hésitez pas à nous contacter.
caroline.warman@jesus.ox.ac.uk
Responsables : Isabelle Moreau, Kate E. Tunstall, Caroline Warman
De la Renaissance aux Lumières, le problème du corps et de l’esprit a connu toute une série de reformulations en Europe, en particulier parmi les partisans d’une interprétation matérialiste de la question.
Les penseurs de l’époque moderne ont créé une multiplicité d’images, de métaphores, de fictions pour représenter les trop fuyants rapports entre l’esprit et le corps, l’âme et le cerveau. Les solutions trouvées sont étonnamment inventives et poétiques : pensons au fourneau ou à l’alambic distillant les esprits animaux, à la machine humaine avec ses cordes et ses poulies, au clavier sensible, ou encore à l’esprit semblable à l’araignée dans sa toile.
Cette conférence entend analyser les ?représentations du problème du corps et de l’esprit’, qu’il s’agisse de représentations rhétoriques ou iconographiques : le problème du corps et de l’esprit comme objet de discours et/ou de dessins et de gravures. Nous nous intéresserons aux conséquences de l’emploi d’un langage figuratif par les penseurs modernes. Les images, les métaphores, les fictions facilitent-elles (ou non) une analyse du problème ? Dans quelle mesure (et comment) influencent-elles les termes du débat, les concepts en vigueur « L’emploi de ces représentations répond-il à un intérêt épistémologique ou rhétorique « Servent-elles de support à la conceptualisation ? Visent-elles à prouver ? illustrer ? persuader » Ont-elles une influence sur la transmission des savoirs à cette époque »
Nous nous intéresserons particulièrement aux nuances des métaphores et des analogies, ainsi qu’à leurs évolutions de la Renaissance aux Lumières. Ces figures proviennent de divers champs du savoir : d’où viennent-elles ? Si l’opposition structurante entre le médical et le mécanique, la nature et la techné, semble la plus évidente, d’autres oppositions ont eu, semble-t-il, leur importance. Notre approche se veut trans-disciplinaire et envisage dans plusieurs champs d’analyse simultanément l’articulation de la philosophie et de ses figures, ses images et ses narrations fictionnelles. Nous souhaitons ainsi stimuler la réflexion sur les interprétations matérialistes du problème du corps et de l’esprit en prenant en compte leur créativité littéraire aussi bien que leurs enjeux philosophiques.