Marie-Anne Barbier et la tragédie post-classique

Alicia C. MONTOYA

Paris, Champion, février 2007, 608 p., ISBN 9782745314550, prix TTC 95 euros


Première dramaturge professionnelle en France, Marie-Anne Barbier est l’auteure d’une œuvre riche et diverse. Ses tragédies, créées à la Comédie-Française, lui valent un succès d’estime et établissent son nom d’auteur. Son œuvre lyrique et narrative prend place dans les débats qui marquent la Régence, notamment la Querelle des Anciens et des Modernes. Ses écrits poétiques et critiques lui permettent de jouer un rôle dans les réseaux littéraires de son époque. Le parcours par lequel cette femme essaya de se créer une identité en tant que véritable auteur jette une lumière neuve sur la condition d’écrivain à cette époque charnière, passage entre le siècle de Louis XIV et le siècle des Lumières. Par sa mise en scène de plusieurs femmes fortes issues de l’histoire antique, elle utilise la parole cornélienne et racinienne pour traiter une thématique compatible avec son souci déclaré de démontrer « la gloire de notre sexe ». Son œuvre relève ainsi, fondamentalement, d’une problématique de l’autorité : des autorités reconnues, qu’elles soient anciennes (sources antiques) ou modernes (nouveaux classiques), mais surtout de l’autorité discursive d e Marie-Anne Barbier elle-même, femme auteur en quête de voix.