Lectrices d’Ancien Régime

Isabelle BROUARD-ARENDS (dir.)

Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2003, 719 p., 28 euros

La lecture et le lectorat ont fait, depuis une vingtaine d’années, l’objet de nombreuses études, qui ont mis en évidence les disparités importantes entre un lectorat masculin et féminin.
La lecture est un lieu socialement construit de la différence des sexes. Se manifeste, dès le XIVe siècle, un processus de sécularisation dans les pratiques de lecture à mettre en relation avec un phénomène de désacralisation du livre. La lecture au féminin est l’enjeu de débats moraux où s’y affirme sa dangerosité.
Dans le même temps apparaissent des prises de position en faveur du contrôle des lectures féminines qui s’inscrivent dans une conception du partage des pouvoirs de l’écrit en corrélation avec un partage hiérarchique des savoirs. Parce qu’elle est transgression, séduction, perversion, la lecture et la lectrice se déploient en un imaginaire dont la littérature s’est emparée pour en proposer des représentations multiples et protéiformes.
Territoires de l’historien et espaces littéraires ont été dans cet ouvrage confrontés en une approche transséculaire, transdisciplinaire, à partir de l’étude de documents multiples, bibliothèques, correspondances, manuels, iconographie, et de textes littéraires. Il constitue une contribution importante à la construction d’une histoire sociale et culturelle de la lecture féminine. Il propose un bilan des savoirs de ces dernières décennies et de nouveaux jalons pour les études à venir.

Isabelle BROUARD-ARENDS, qui a dirigé cet ouvrage, est professeure de Littérature française à l’université Rennes 2-Haute Bretagne.

PREMIÈRE PARTIE

I. Pratiques de la lecture-civilité et sociabilité

Françoise WEIL, La bibliothèque de la Marquise de Pompadour
Tatiana CLAVIER, Anne de France, lectrice de Christine de Pizan
Chantal TURBIDE, Les livres trouvés dans l’Hôtel de la Reine après le décès de Catherine de Médicis (1519-1589)

II. L’accès au livre : de l’interdit à la transgression

Marcel BAK, Lectrices de Port-Royal
Catherine BEAUDRY, L’accès au livre : Jeanne Guyon
Marie-Élizabeth HENNEAU, Un livre sous les yeux, une plume à la main. De l’usage de la lecture et de l’écriture dans les couvents defemmes (XVIIe-XVIIIe)
Martha M. HOULE, La lectrice avertie, ou la création d’espaces liminaires féminins dans la médecine du XVIIIe siècle

III. La lecture et ses usages

Henriette GOLDWYN, L’inscription d’un lectorat féminin dans une des Lettres historiques et galantes de Mme du Noyer
Annie GEFFROY-ROBERT, Louise de Keralio, traductrice, éditrice, historienne et journaliste avant 1789
Nicole PELLEGRIN, Lire avec des plumes ou l’art -féminin’- de l’extrait à la fin du XVIIIe siècle
Martine SONNET, Geneviève Randon de Malboissière et ses livres : lectures et sociabilité culturelle féminines dans le Paris des Lumières
Gabrielle VERDIER, Vivre de lecture, mourir de lire : le cas de Madame de Staal-Delaunay
Charlotte SIMONIN, Mes lunettes et mon chouris ou la pratique de la lecture à travers la correspondance de Madame de Gnaffigny
Laurence VANOFLEN, Lire, penser se former : Isabelle de Charrière (1740-1805) et Henriette L’hardy
Madeleine van STRIEN-CHARDONNEAU, Une lectrice du XVIIIe siècle : Belle de Zuylen / Isabelle de Charrière (1740-1805), livres et pratiques de lecture à travers sa correspondance
Jean M. GOULEMOT, Marie Phlipon, dame Roland, lectrice exemplaire


DEUXIÈME PARTIE

I. Enjeux identitaires

Claire LE BRUN-GOUANVIC, Le débat sur le Roman de la Rose, ou la lectrice face aux lettrés
Fabienne POMEL, S’écrire en lectrice : les métamorphoses de Christine de Pizan dans Le Livre du Chemin de longue étude
Catherine MÜLLER, Anne de Graville lectrice de Maistre Allain pour une récriture stratégique de la Belle Dame sans mercy
Jean-Philippe BEAULIEU, Relecture et réécriture dans les recueils de Marie de Gournay
Adeline ARAGON, L’écart entre auteur et lecteur dans l’uvre de Marie de Gournay
Pollie BROMILOW, Les femmes lectrices de la fiction au XVIe siècle enjeux idéologiques d’un lieu commun
Anne R. LARSEN, Anne Marie de Schurman, Madeleine de Scudéry et les Lettres sur La Pucelle (1646)
Marie-Pascale PIERETTI, L’Iliade d’Anne Dacier: les enjeux d’une lecture érudite
Laurent LOTY, Radicalité politique des Lumières : l’identification du lecteur à un personnage de lectrice/auteure

Il. La dynamique intertextuelle

Suzan van DIJK, Les femmes se lisaient-elles ? Présentation d’un instrument de recherche
Claude LA CHARITÉ, La Décade féminine de Marie de RomieuI
sabelle DUCHARME, Marguerite Buffet, lectrice de la Querelle des femmes
Séverine GENIEYS, Marie-Anne de Roumier Robert, lectrice des romancières du XVIIe siècle
Constance CARTMILL, Madame de Sévigné lectrice de Pierre Nicole – La lettre à l’épreuve de l’essai
Monique MOSER-VERREY, Madame de Charrière et ses lectures : points de vue de la critique
Lesley H. WALKER, leçon : les femmes auteures récrivent Rousseau
Huguette KRIFF, Lectrices de Rousseau dans la Querelle des Dames (1786-1801)

III. Figures de l’auteure

Jane COUCHMAN, La lecture et le lectorat dans la correspondance de Louise de Coligny * Eugénie PASCAL, La lectrice devenue scriptrice : lecture épistolaire dans les réponses d’Elisabeth à Charlotte-Brabantine de Nassau * Rotraud von KULESSA, Françoise de Graffigny : de la femme-lectrice à la femme-écrivain * Elena GRETCHANAIA, Fonction des citations littéraires dans les albums féminins russes rédigés en français (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle)



TROISIÈME PARTIE
I. Le roman de la lectrice

Nathalie FERRAND, A celles qui ne lisent pas. La fiction de la lectrice dans le roman du XVIIIe siècle
Sandrine ARAGON, Pour une rhétorique de la lecture féminine : évolution des images de lectrices dans les fictions françaises du XVIIe au XIXe siècle (de 1656 à 1856)
Lucie DESJARDINS, Lecture et discours de la morale au féminin au XVIIe siècle
Florence DUJOUR, Lectrice de mère en fille ou des inconvénients d’avoir une mère et une grand-mère lectrices: les Mémoires d’Anne-Marie de Moras, comtesse de Courbon, écrits par elle-même ; adresses à Mlle d’Au***, pensionnaire au couvent du Cherche-Midi, Mouhy, 1739.

II. Lectrices : représentation

Kathleen WILSON CHEVALIER, La représentation de la lectrice bellifontaine et le système de civilité à la cour de François 1″‘
Sharon Diane NELL, Qu’est-ce qu’une lectrice? Les femmes et la possibilité de lire dans La Princesse de Clèves et les Lettres d’une Péruvienne
Dominique LANNI, La critique des femmes savantes. La satyre des salons littéraires dans le théâtre antiphilosophique de la fin de l’Ancien Régime
Carole MARTIN, Figure de lectrice : portrait de la belle Circassienne lisant La Logique de Port-Royal

III. Lectrices : éducation

Cathy YANDELL, « Des âmes sans cors, et des cors sans âmes » ; la pédagogie dialectique de Catherine des Roches
Helje PORRÉ, De la femme savante à l’épouse soumise : les idées de l’Abbé du Bosc et Mademoiselle de Scudéry
Isabelle HAVELANGE, Des livres pour les demoiselles, XVIIe-1re moitié du XIXe siècle
Nadine BÉRENGUIER, Lectures pour adolescentes et leurs paradoxes au XVIIIe siècle
Marie-Laure GIROU-SWIDERSKI, Pour ou contre la lecture ou l’affrontement de la nature et de la culture dans l’éducation des filles
Marianne CHARRIER-VOZEL, La lectrice est-elle toujours laide ou vieillissante? Regards croisés de M. le Marquis de Lezeq-Marnezia et de Mme Le Prince de Beaumont
Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIÉVAL, Statut et représentation de la lectrice chez Mme Leprince de Beaumont
Marie-Françoise BOSQUET, La lectrice : une figure sous haute surveillance dans les Gynographes de Rétif de la Bretonne 625

IV. Lectrices : séduction

Nancy ERICKSON BOUZRARA * Lecture et séduction dans la treizième nouvelle de l’Heptaméron
Cathleen M. BAUSCHATZ, Le « plaisir du texte » dans les Dames galantes de Brantôme
Richard HILLMA, A la réécoute de Marguerite de Valois dans la Ruelle
Daniel RIOU, La leçon de lecture-Joconde dans l’Histoire comique de Francion de Charles Sorel
Felizitas RINGHAM, Les amants de la fiction au tournant du grand siècle
Marc-André BERNIER, Lectrice libertine, lectrice philosophe
Françoise LE BORGNE, Rétif de La Bretonne et sa lectrice, une liaison dangereuse