La Démocratie « à la Française », ou les femmes indésirables

Éliane VIENNOT (dir.), préface de Françoise GASPARD

Actes du colloque de Paris, décembre 1993, à l’occasion du bicentenaire de la mort d’Olympe de Gouges. 288 pages, 21 illustrations en n.& b. Paris, Publications de l’Université de Paris VII-Denis Diderot, 2002 (1996). 18 euros


«Les hommes naissent libres et égaux», déclaraient voici plus de deux cents ans les révolutionnaires français en saluant l’avènement de la République. Les hommes oui, les femmes non. Malgré une longue tradition de participation à la vie politique, malgré une présence très active sur la scène révolutionnaire, malgré, surtout, la contradiction flagrante ainsi inscrite dans l’acte de naissance de la Démocratie, les femmes se voyaient exclues de tous les droits politiques. D’où leurs protestations, et notamment la plus célèbre, celle d’Olympe de Gouges : «Une femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune.» Mais en novembre 1793 elle était guillotinée, sans que la demande légitime qu’elle formulait soit accordée.

Depuis lors, malgré des décennies de luttes et de revendications, la France n’est toujours pas parvenue à une réconciliation de ses principes et de ses pratiques politiques. Ce n’est qu’en 1944, avec un net retard par rapport aux autres pays occidentaux, qu’elle a accordé aux femmes le droit de vote et l’éligibilité ; et cinquante ans plus tard, elle demeure au dernier rang de la Communauté Européenne pour la féminisation de ses instances représentatives (5 %). L »exception française’, si chère à certains, est dans ce domaine aussi indéniable que peu brillante.

Quelle est l’origine de cette situation ? Quels sont les résistances historiques, idéologiques, structurelles, qui expliquent qu’elle perdure ? Comment parvenir, demain, à un réel partage du pouvoir entre les sexes ? Telles sont les questions abordées dans cet ouvrage, le premier à faire le point sur ce tabou et cette faiblesse de notre démocratie, à la lumière des recherches les plus novatrices réalisées dans de nombreuses disciplines depuis vingt ans.

Ancien Régime ou partiellement : v
oir articles de G. Fraisse, E. Viennot, F. Gaspard, D. Haase-Dubosc, E. Peyre & J. Wiels, O. Blanc, D. Godineau.

I. La démocratie, la République et les femmes : un chantier de réflexion nouveau
– Y. KNIBIEHLER :  » Démocratie, désir des femmes  » ­

– F. COLLIN :  » Mythe & réalité de la démocratie  » ­

– G. FRAISSE :  » Quand gouverner n’est pas représenter  » ­

– É. VIENNOT :  » Les femmes d’État de la Renaissance : un enjeu de mémoire capital pour le partage du pouvoir en démocratie « 

– F. GASPARD :  » Franc-maçonnerie, République & exclusion des femmes  » ­

– F. THEBAUD :  » Guerres, civisme & citoyenneté des femmes  » ­

– W. GUERAICHE :  » Démocratie et partage du pouvoir, de la Libération à la fin des années 70  » ­

– M.-V. LOUIS « Eléments pour une critique des féministes françaises au pouvoir ».

II. Tenir les femmes en marge du pouvoir : un effort pluri-séculiare

– D. HAASE-DUBOSC :  » De la ‘nature des femmes’ et de sa compatibilité avec l’exercice du pouvoir au XVIIe siècle  » ­

– E. PEYRE & J WIELS :  » De la ‘nature des femmes’ et son incompatibilité avec l’exercice du pouvoir : le poids des discours scientifiques depuis le XVIIIe siècle  » ­

– O. BLANC :  » Féminisme et politique : l’exemple d’Olympe de Gouges  » ­

– A. VERJUS :  » Les femmes dans les lois électorales de la Restauration (1817-1820)  » ­

– A. MAUGUE :  » La littérature romanesque après la guerre de 14-18 : naissance d’une nouvelle figure du politique  » ­

– S. GARCIA :  » Quelques lectures récentes de la division sexuelle en sociologie de la famille « .

III. Une très longue marche
– D. GODINEAU :  » ‘Privées par notre sexe du droit honorable de donner notre suffrage…’ Le vote des femmes pendant la Révolution française  » ­

– M. RIOT-SARCEY :  » L’argumentaire politique des femmes, de Jeanne Deroin à Julie Daubié  » ­

– L. KLEJMAN & Fl. ROCHEFORT :  » ‘Au nom du droit et de la spécificité féminine’ : ambiguïté des discours et diversité des tactiques dans le mouvement suffragiste avant la première guerre mondiale  » ­

– Ch. BARD :  » L’étrange défaite des suffragistes (1919-1939)  » ­

– S. CHAPERON :  » Les mouvements féminins face à l’Etat masculin, de 1945 à 1970  »

– ­ J. MOSSUZ-LAVAU :  » Une nouvelle donne : l’évolution du vote des femmes  » ­

– C. MARAND-FOUQUET :  » Olympe de Gouges au Panthéon « .

Annexe

– Déclaration des droits de la femme d’Olympe de Gouges.

Commandes : Cahiers du CEDREF, Case 7132 UniversitéParis 7-Denis Diderot, 2, place Jussieu 75251 Paris Cédex 05 – Tél./fax. 01.44.27.36.10 ou secrétariat tél./fax. 01.44.27.56.23. Chèque à libeller au nom de l’agent comptable de l’Université Paris 7. prix: 18,30 euros plus frais de port 2,75 euros.