Nos adhérent-e-s publient

La position de l’autrice dans le champ littéraire en France et en Italie à l’époque 1900
Paris, Honoré Champion, 2011, 456 p., 90 ?
L’époque 1900 voit un essor considérable de la production littéraire de femmes. Ainsi, en 1894, Octave Uzanne, dans son ouvrageLa femme à Paris. Nos contemporaines, suppose l’existence de 2133 autrices. En Italie, Luigi Capuana parle, en 1907, de “l’envahissante concurrence des femmes dans la littérature narrative”. Cependant, peu de noms des ces écrivaines ont su faire leur entré e dans le canon littéraire, exception faite de Colette et Anna de Noailles en France, et Grazia Deledda, Matilde Serao et Sibilla Aleramo en Italie. Il s’agit donc de s’interroger sur les mécanismes du fonctionnement du canon littéraire et ceci à l’aide de la théorie du champ littéraire de Pierre Bourdieu. Nous avons procédé à l’analyse systématique des deux champs littéraires ains i que de la formation discursive du concept de l’autrice dans les deux pays afin de rendre visible l’impact des écrivaines françaises et italiennes dans l’histoire littéraire de leurs pays à l’époque 1900.
Par ailleurs, l’ouvrage contextualise, à maints endroits, la situation des écrivaines à l’époque 1900 par rapport à la longue tradition de l’écriture des femmes sous l’Ancien Régime comme par rapport à la Querelle des femmes antérieure à la Révolution.”
Rotraud von Kulessa enseigne les littératures de langues française, italienne et espagnole à l’Université de Fribourg, en Allemagne. Ses travaux ont porté sur les études de « gender« , sur la traduction et les transferts culturels. Ses recherches s’attachent désormais aux » Querelles » en littérature et aux rapports entre pratiques littéraires et pratiques de sociabilité.