Louise Labé

louise attaquée !
louise labÉ est-elle une crÉature de papier… ?

En savoir plus sur Louise Labé

En 2005, pour la première fois dans l’histoire du concours de l’Agrégation de Lettres, les œuvres de Louise Labé ont été mises au programme (littérature française, XVIe siècle). Parmi les produits inattendus de la floraison de travaux généralement consécutive à un tel événement, est paru en 2006 un livre de Mireille Huchon, professeure de langue française à la Sorbonne (Paris IV), qui remet en cause la paternité de Louise Labé sur le volume des Euvres paru en 1555 et réédité en 1556: Louise Labé, une créature de papier (Genève, Droz, 2006, 482 p., dont 200 de fac-similé de la première édition).

Cette remise en cause est-elle justifiée? S’inscrit-elle dans la grande tradition cléricale consistant à dénier aux femmes la paternité de leurs œuvres’ La SIEFAR a ouvert son site aux spécialistes (de Louise, de la littérature féminine, des supercheries littéraires…) pour faire la lumière sur cette affaire. Nous invitons nos adhérent-es et nos visiteurs/visiteuses à nous signaler les articles parus à ce sujet, afin qu’ils soient eux aussi mis en ligne (contact@siefar.org).Les textes sont classés dans l’ordre où nous en avons eu connaissance.

  1. Claude Duneton (Le Figaro littéraire, 9 mars 2006)

  2. Marc Fumaroli (Le Monde des livres, 11 mai 2006)

  3. Madeleine Lazard (Droit de réponse envoyé au Monde des livres, non publié)

  4. Jacques Rossiaud (L’Histoire n° 310, juin 2006, p. 18-20)

  5. Emmanuel Buron (L’Information littéraire n°2, 2006, p. 38-46)

  6. Edouard Launet (Libération, vendredi 16 juin 2006)

  7. François-Guillaume Lorrain (Le Point, 21 décembre 2006, n°1788-89, p. 187).

  8. Bernard Plessy (Le Bulletin des Lettres, juin-juillet 2006, p. 3-5)

  9. Henri Hours et Bernard Plessy (Le Bulletin des Lettres, octobre 2006, p. 3-5)

  10. Eliane Viennot (Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, décembre 2006, p. 377-379)

  11. Daniel Martin (RHR [Réforme, Humanisme, Renaissance] 63, décembre 2006, p.7-37).

  12. Françoise Charpentier, Postface à la réédition de son édition des Œuvres poétiques de Louise Labé et de Pernette du Guillet (Gallimard-poésie, 2006)

  13. Philippe Selosse, Conclusions à l’article «L’art de la feinte à la Renaissance», Seizième siècle, 2007, 3, p. 131-175

  14. Bruno Roger-Vasselin, «La parodie chez Louise Labé», Seizième siècle, 2006-2, p.111-130

  15. Jean Vignes, compte rendu de l’ouvrage de Mireille Huchon, BHR [Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance], 69, 2007-2, p.540-48

  16. Clive Griffin, «La belle cordière en Espagne. Une découverte dans les archives de l’inquisition», Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 107, 3, 2007, p.537-540

  17. François Solesmes, «Louise Labé, « créature de papier »?», compte rendu critique de l’ouvrage de Mireille Huchon, SIEFAR, oct. 2007

  18. Marcel Conche, Oisivetés. Journal étrange, t. 2, Paris, PUF, 2007 : trois essais réfutent la thèse de Mireille Huchon

  19. Claude Vercey, «Que faire de Louise?», I.D., n° 175, 21 février 2009

  20. Luce Guilbaud, «Ode à Louise Labé», Décharge, 131 [extraits en ligne sur le blog de Claude Vercey, I.D., n° 176, 26 fév. 2009)

  21. Mary McKinley, «Louise Labé, « invention lyonnaise » et polémique internationale», Revue Critique, 737, octobre 2008 («La France littéraire: légendes et histoires»)

  22. Françoise Duroux, «Les mystères de Louise Labé», Revue Critique, 737, octobre 2008 («La France littéraire: légendes et histoires»)

  23. Paolo Budini, compte rendu de Louise Labé, une créature de papier, de M. Huchon, Francofonia, 52, 2007, p.130-137

  24. Paolo Budini,extrait de la notice biographique traduite de l’italien, parue dans L’Opera di Louise Labé Lionese, éd. et trad. P. Budini, numéro spécial de la revue In forma di parole (Bologna), XXIX année, n° I, janvier-mars 2009, 202 p. (sur le livre de Mireille Huchon, voir pp. 12-13)

  25. Michel Jourde,«Louise Labé, deux ou trois choses que je sais d’elle»,Cultures et société en Rhône-Alpes, n°2, avril-mai-juin 2008, p. 74-78 ;rééd. en lignesur le site deTransitions,rubrique « Republications », n°2, 2011.

  26. Michèle Clément, «Nom d’auteur et identité littéraire : Louise Labé Lyonnaise. Sous quel nom être publiée en France au XVIe siècle ?»,Réforme, Humanisme, Renaissance, n°70, 2010, p. 73-101, en ligne sur le site de Persée.