Les historiens et le genre: exemples de recherches actuelles
Paris

Séminaire doctoral collectif de l’Atelier Condorcet : Généalogies intellectuelles, traductions théoriques et transferts culturels des théories du genre contemporaines
EHESS – EPHE – PARIS 1 – PARIS 8 – PARIS 13
Organisé par le Centre d’études féminines et d’études de genre de Paris 8
CNRS Site Pouchet. Salle des conférences
59/61, rue Pouchet 75017 PARIS
métro: Guy Môquet ou Brochant (ligne 13)
Vendredi 6 avril 2012 : 16h-18h30

Intervenant.e.s : Violaine Sebillotte, Didier Lett et Anne Hugon, Paris 1
Présentation :
Trois historien.nes, issus de spécialités différentes (antiquité grecque, Moyen Âge occidental, Afrique noire coloniale) présenteront des exemples illustrant l’intérêt heuristique du genre lorsqu’il est mobilisé pour étudier des sociétés culturellement éloignées des nôtres.
Les historiennes ont d’abord placé au centre de leur questionnement la « relation entre les sexes », une relation conçue comme totalement dépendante d’une domination masculine dont il convenait de mesurer les modulations sociales. Les enquêtes en cours présentées ce jour, qui bénéficient des nombreux travaux réalisés dans les années 1990 et 2000, se penchent désormais sur les différentes interprétations historiques de la différence des sexes. C’est en ce sens qu’elles utilisent la notion empruntée aux sciences sociales de régime de genre.
Anne Hugon, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine de l’Afrique, s’intéresse aux effets de la colonisation sur la construction du genre, notamment dans l’ancien Empire britannique. Elle travaille depuis plusieurs années sur l’histoire de la maternité à l’époque coloniale au Ghana (ancienne Gold Coast). Elle a édité en 2004 _Histoire des femmes en situation coloniale_, Paris, Karthala et a co-organisé un colloque international sur Femmes et genre en contexte colonial (Paris, janvier 2012).
Didier Lett, Professeur en Histoire médiévale à l’Université Denis-Diderot (Paris 7) histoire médiévale, spécialiste de la famille, de la parenté, des différences sociales et du genre. A publié notamment _Famille et parenté dans l’Occident médiéval (Ve-XVe siècles)_, Paris, Hachette (Carré Histoire), 2000 ; _Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325_, Paris, Presses Universitaires de France (Le N?ud Gordien), 2008.
Violaine Sebillotte Cuchet, Professeure d’histoire grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, s’intéresse à l’aspect politique des constructions de genre ainsi qu’à la diversité des régimes de genre co-existant dans les sociétés du monde grec archaïque et classique. Elle a publié en 2006, _”Libérez la patrie!” Patriotisme et politique en Grèce ancienne_, Belin et dirigé la publication de _Problèmes du genre en Grèce ancienne_, Publications de la Sorbonne 2007 (avec N. Ernoult) et _Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre: méthode et documents_, A. Colin 2011 (avec S.Boehringer).
Tous trois sont associés dans le séminaire “Genre et Histoire”, séminaire pluri-périodes proposé dans le cadre du Master S.H.S. Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Le séminaire est ouvert aux Masterant(e)s et au public.