Florence LOTTERIE

338 rue des Pyrénées 75020 Paris, France * florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr


PR * Univ. Paris-Diderot * Littérature française, XVIIIe siècle
Histoire des idées et des représentations du XVIIIe siècle, études sur le roman, Lumières et Révolution, Littérature et politique au tournant des Lumières, Groupe de Coppet, genre et sexualités
OUVRAGES
Le Genre des Lumières. Femme et philosophe au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013.
– (avec Pierre Frantz, dir.) Sexes en Révolution, numéro spécial de
Orages. Littérature et culture 1760-1830, 12, 2013, p. 11-21.
– (avec Karyna Szmurlo, dir.) Madame de Staël et les études féminines, numéro spécial de Cahiers staëliens, 57, 2006.
EDITIONS CRITIQUES
– (avec Mathilde Cortey et Erik Leborgne, éd.)
Courtisanes philosophes. Psaphion, courtisane de Smrne, et Hipparchia, Histoire galante, 1748, avec le concours d’étudiants de l’ENS Lyon, Paris, Société française d’étude du Dix-Huitième Siècle, 2013.
– (Coordination et dir. scientifique) Madame de Staël : Œuvres complètes, vol. I, 1 – Lettres sur Rousseau, De l’influence des passions et autres essais moraux, Paris, Champion, 2008.
ARTICLES
– « ‘Moins virile, elle nous intéresserait davantage’. La femme auteur et les pouvoirs du masculin autour de 1800 », in D. Maira & J.-M. Roulin (dir.), Masculinités en révolution, de Rousseau à Balzac, Saint-Etienne, PU de Saint-Etienne, 2013, p. 243-257.<
– « J.F.S. Worbe, Sur un individu rendu par jugement à l’état viril, après avoir été vingt-deux ans réputé du sexe féminin (1815) » (établissement, présentation et annotation), Orages, 12, 2013, voir supra, p. 175-187.
– « De la Lettre à d’Alembert au livre V d’Émile : de quoi les femmes ont-elles à être savantes ? », in C. Habib (dir.), Éduquer selon la nature. Seize études sur Émile de Rousseau, Paris, Desjonquères, 2012, p. 108-119.
– « Le ‘galant Jean-Jacques’. Rousseau et les femmes », in Y. Mirodatos (dir.), Jean-Jacques Rousseau, le sentiment et la pensée, Paris, Glénat, 2012, p. 73-81.
– « Galante Minerve. Les Entretiens sur la pluralité des mondes, ou les Lumières au risque du féminin », Revue Fontenelle, 8, 2011, p. 143-153.
– « Une revanche de la “femme-auteur” ? Madame de Staël disciple de Rousseau », Romantisme, 122, 2003, p. 19-31.
– « La gloire a-t-elle un sexe ? Louvet romancier ou les métamorphoses de l’héroïsme », Orages, 2, 2003, p. 47-62.
COMPTES RENDUS
– Mechthild Fend, Les Limites de la masculinité. L’androgynie dans l’art et la théorie de l’art (1750-1850) (Paris, La Découverte, 2011) :
Liens Socio, ENS Lyon, 2012.
– Judith P. Zinsser et Julie Candler Hayes (éd.), Émilie Du Châtelet : rewriting Enlightenment philosophy and science (Oxford, Voltaire Foundation, SVEC, 2006) : Revue Voltaire, 2009
– S. Dixon, Germaine de Staël, Daughter of the Enlightenement (NY, Humanity Books, 2007) : Cahiers staëliens, 2008.
– S. Fiette, De mémoire de femmes. L’histoire racontée par les femmes de Louis XIV à 1914 (Paris, Perrin, 2002) : Dix-Huitième Siècle, 2005.
– H. E. Bödecker/L. Steinbrügge (éd.), Conceptualiser la femme dans la pensée des Lumières (Berlin Verlag, 2001) : Lendemains, 2001.
DIVERS
– Présidente de la Société des études staëliennes (secrétaire générale : Stéphanie Genand) :
www.stael.org