Audrey GILLES

Avignon, France * audrey.gilles0@gmail.com

Docteure de l’Université d’Aix-Marseille et de l’Université d’Ottawa – Professeure agrégée du secondaire – CIELAM * Littérature française, XVIe siècle

Plaisirs féminin, Médecine, Représentation des corps et des sexualités, Écriture féminine, Masculinités, L’Heptaméron, Hélisenne de Crenne, Papillon de Lasphrise.

 

OUVRAGE
Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier (à paraître).

ARTICLES
– « Érotisation du corps masculin dans L’Heptaméron, entre polyphonie et polyscopie », Horizons du masculin. Pour un imaginaire du genre, Anne Debrosse et Marie Saint Martin (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 295-306.
– « Marguerite de Valois, dédicataire des Erreurs populaires de Laurent Joubert: un patronage audacieux ? », Femmes et mécénat en France, du Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, Nathalie Grande, Claudine Nédelec et Julie Piront (dir.), [En ligne], 1, 2019.
– « Figures masculines et langue virile dans Le Laquais de Pierre de Larivey », >em>Masculinité et théâtre, Sabine Chaouche (dir.), European Drama and Performances Studies, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 191-210.
– « Marguerite de Navarre au lycée », Littératures d’hier, publics d’aujourd’hui, Véronique Lochert et Anne Réach-Ngô (dir.), Littératures Classiques, n°91, 2016, p. 33-44.
– « Quête du plaisir et dialectique privé/public du moi féminin dans Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amour d’Hélisenne de Crenne », Topique(s) du public et du privé dans la littérature romanesque d’Ancien Régime, Marta Teixera Anacleto (dir.), Leuven, Peeters, « La République des Lettres », 2015, p. 277-286.
– « Viol et volupté : se souvenir de Lucrèce chez Valla, Castiglione et Marguerite de Navarre », Viol et ravissement, Le Verger – Revue en ligne de l’association Cornucopia, n°4, juin 2013.
– « Quête du plaisir et dialectique privé/public du moi féminin dans Les Angoysses douloureuses qui procèdent d’amour d’Hélisenne de Crenne », in M. T. Anacleto (dir.), Topique(s) du public et du privé dans l’espace de l’écriture romanesque européenne (du Moyen-âge à la fin du XVIIIe siècle), Louvain, Peeters, « La République des Lettres », début 2013 (à paraître).
– « Corps masculins, plaisirs féminins : Jeanne Flore, Hélisenne de Crenne et Louise Labé », in W. Spurlin, A. Tomiche & P. Zoberman (dir.), Écritures du corps : nouvelles perspectives, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2013, p. 165-174.
– « Henri Estienne, Ambroise Paré et Montaigne face à la confusion des genres : faits divers sur l’hermaphrodisme et le travestissement féminin à la Renaissance », Littératures classiques, 78, 2, août 2012 (« Écritures de l’actualité, XVIe-XVIIIe »), p. 111-125.
– « From the Table to the Bed : Controlling Female Sexuality through Food in French Renaissance Literature », Menu. Journal of Food and Hospitality Research, 1, janvier 2012 (
en ligne).
– « La Volupté pour les épouses, une revendication féminine ? Jouissance par mariage chez Marguerite de Navarre, Bonaventure des Périers et Jeanne Flore », Revue Malice, Cahiers du Cielam, 1, 2012 (
en ligne).
– « La Beauté monstrueuse de la courtisane dans quelques sonnets renaissants français », RHR, 70, juin 2010, p. 27-38.
– « Circulations des substances, circulations des discours et circulations des textes : l’importance du plaisir dans l’acte générationnel chez Ambroise Paré », E-lla, 3, juin 2010 (
en ligne).


COMPTES RENDUS
– « a href= »http://www.revue-analyses.org/index.php?id=1896″ rel= »noopener noreferrer » target= »_blank »>L’amour en fuite : la jeune fille dans la littérature médiévale », pour Yasmina Foehr-Janssens, La Jeune fille et l’amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion (Genève, Droz, 2010) : @nalyses, 7, 1, hiver 2012.
– Hélisenne de Crenne, Les Epîtres familières et invectives. Le Songe, éd. Jean-Philippe Beaulieu (Saint-Etienne, PUSE, 2008) : RHR, 71, décembre 2010.
– « a href= »http://www.fabula.org/revue/document5165.php » rel= »noopener noreferrer » target= »_blank »>Relire la Renaissance à l’aune de l’érotique homosexuelle », pour Gary Ferguson, Queer (Re)Readings in the French Renaissance. Homosexuality, Gender, Culture (Ashgate, 2008) : Acta Fabula, sept. 2009.