Les passés dans le présent

Le labex Les passés dans le présent : histoire, patrimoine, mémoire porte sur la présence du passé dans la société contemporaine. Il s’attache plus spécifiquement à comprendre les médiations de l’histoire à l’ère du numérique, les politiques de la mémoire, les appropriations sociales du passé en amont et en aval des politiques patrimoniales. Porté par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, en association avec le CNRS, il fédère sur le campus de Nanterre la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès (MAE), les laboratoires Archéologies et sciences de l’antiquité (ArScAn), Préhistoire et technologie, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), Institut des sciences sociales du politique (ISP), Modèles, dynamiques, corpus (Modyco), l’équipe de recherche Histoire des arts et représentations (HAR), ainsi que la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Trois institutions patrimoniales majeures sont également partenaires : la Bibliothèque nationale de France (BnF), le musée d’Archéologie nationale (MAN), à Saint-Germain-en-Laye, le musée du quai Branly.

La réflexion commune et interdisciplinaire du labex Les passés dans le présent est organisée autour de deux thèmes interdépendants. Le premier, « Relations au passé : représentations et évaluations », se propose de conduire une analyse globale des représentations du passé à toutes les époques : analyse des processus de patrimonialisation ou de constitution de la mémoire collective (et ce au travers de toutes les époques, depuis l’Antiquité), enquêtes sur la réception par les publics des pratiques contemporaines de médiation de l’histoire, proposition de référentiels et de modes d’interopérabilité adaptés aux médiations de l’histoire à l’ère du numérique. S’appuyant sur ces analyses et enquêtes, lesecond thème, « Connaissance active du passé : pratiques et outils de transmission », se propose de mettre à disposition de plusieurs catégories de publics de nouveaux corpus numériques, soit sur des questions d’actualité (célébration de la Première Guerre mondiale, décolonisation, archives de l’immigration’), soit sur des pans d’histoire antique, médiévale, période classique, XXe siècle. Ce deuxième axe s’appuie sur des bases de connaissances et des archives élaborées et conservées sur le site de Paris Ouest (MAE, BDIC, Laboratoire Préhistoire et technologie, LESC), ainsi qu’à la BnF, au MAN, au musée du quai Branly, jusque-là sous-exploitées.

Inscrit dans une réflexion sur les humanités numériques, le labex Les passés dans le présent entend travailler sur l’interopérabilité de ces corpus avec d’autres bases de données, afin de mieux les inscrire dans l’écosystème du Web de données (Linked Data). Cela implique un travail de modélisation des catalogues et des inventaires, s’appuyant sur les standards internationaux de représentation des données et d’enrichissement des métadonnées d’indexation, dont bénéficieront tous les partenaires.

Pour chacun des contrats à temps plein et d’une durée de 12 mois, le post-doctorant est invité à développer sur une partie de son temps (un tiers au plus), un projet personnel de recherche en lien avec les thématiques du labex Les passés dans le présent.

Pour plus de renseignements sur le labex : www.passes-present.eu

Les effets de la numérisation des archives sur la recherche
Ce projet de recherche s’inscrit dans le thème 2 du labex: ? Connaissance active du passé: pratiques et outils de transmission’. Dans les vingt dernières années, les collectes d’archives de chercheurs et leur numérisation ont créé de nouvelles conditions de recherche. L’objectif de l’étude sera d’appréhender les implications de cette numérisation sur l’utilisation des archives, sur les pratiques de recherche et sur les modes de pensée. Trois corpus numériques constitués et conservés à la MAE font l’objet de trois projets en cours dans le labex Les passés dans le présent. Ils représentent un terrain comparatif approprié pour une étude des pratiques de la consultation d’archives dématérialisées, en local (intranet) ou à distance (internet), en accès libre ou contrôlé (inscription, code d’accès), permettant ou non des pratiques collaboratives ; et pour une analyse des effets sur la recherche de cette nouvelle relation aux documents. La dimension comparative est assurée par les différences que présentent les corpus quant à la nature des documents, leur mode de traitement et leur accessibilité en ligne.

Mission :
Le (la) candidat(e) devra entreprendre une ethnographie des pratiques, par enquête et observation participante, auprès des producteurs et/ou déposants, du personnel en charge des fonds, et des utilisateurs, qu’ils soient ou non des scientifiques. Il (elle) engagera, à partir des données recueillies, une réflexion épistémologique, identifiera les travaux en cours sur cette question, et animera une journée Atelier du labex. La méthodologie et le contenu des enquêtes seront établis en concertation avec S. Blanchy et les trois services gestionnaires (E. Bellon, A. Julien-Da Cruz Lima, M.-D. Mouton/F. Dubois).

Conceptions ? ordinaires ? et vocabulaire ? vernaculaire ? de la médiation de l’histoire
Ce projet de recherche s’inscrit dans le thème 1 du labex : ? Relations au passé : représentations et évaluations ?. Il interroge la médiation de l’histoire et le rapport ordinaire au passé. La plupart des études qui se sont donné pour objet le rapport au passé sont fondées sur une approche qualitative ou ethnographique d’institutions clairement identifiées (parti, famille, école?), inscrites dans la durée ou sur des enquêtes de réception dans des situations d’interactions, ponctuelles, avec des institutions patrimoniales (musées, mémoriaux, spectacles historiques’).
Dans le prolongement de ces recherches mais également en rupture avec ces perspectives particulières, le présent projet a pour objectif d’évaluer les formes et les contenus les mieux partagés du rapport au passé et les éventuels effets des débats publics relatifs à la “mémoire” , en intégrant à l’analyse des questionnements sociologiques classiques en termes d’appartenance de classe, de croyances religieuses, de trajectoires sociales et migratoires, de niveau d’étude, de genre ou encore de contexte de mobilisation etc’ Un programme d’enquêtes qualitatives sera réalisé par une équipe de chercheurs, à laquelle le post-doctorant sera intégré.

Mission :
Le (la) candidat(e) devra organiser les différentes étapes de l’enquête et participera, avec le reste de l’équipe, à sa réalisation.

Réceptions, usages et appropriations des expositions historiques à mission commémorative
Ce projet de recherche s’inscrit dans le thème 1 du labex : ?Relations au passé : représentations et évaluations’. L’exposition d’histoire est considérée par les pouvoirs publics mais aussi par nombre d’acteurs du patrimoine, en France comme à l’étranger, comme un outil de transmission d’une mémoire commune et de construction de la citoyenneté. L’épaisseur sociale des visites de ces expositions a cependant jusqu’ici été très peu prise pour objet par les chercheurs. Un tel objet pose pourtant des questions centrales de la sociologie : celle de la temporalité de l’individu comme celle de sa socialisation au passé.
Ce projet de recherche entend construire une méthodologie originale pour se saisir de ces questions. Saisissant l’opportunité de la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale, il s’intéressera notamment aux réceptions, usages et appropriations sociales de plusieurs expositions historiques prévues pour 2014, dont celle organisée par le Musée de l’Armée et la BDIC, co-porteuse de ce projet aux côtés de chercheurs l’ISP.

Mission :
Le (la) candidat(e) devra coordonner l’enquête de terrain avec l’aide de la responsable de projet et d’une équipe de vacataires en cours de constitution. Il (elle) sera également étroitement associé(e) à l’analyse et à la restitution des résultats, y compris au sein de publications collectives.

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 1er juin 2009 et la date de dépôt de la candidature à cet appel.
Pour tout renseignement, écrire à : postdoc2014@passes-present.eu