10e Conférence Internationale Women in French « Voix et voies des marges »
Iowa (USA, 14-16 mai 2020), avant le 1er septembre 2020

 

Iowa State University aura l’honneur d’accueillir la dixième édition de la Conférence Internationale Women in French, axée autour des marges et des marginalités.

Conférences plénières confirmées :

– Anne Donadey (San Diego State University)

– Claire Legendre (Université de Montréal)

 

Thème :

Le vingtième siècle, et en particulier sa seconde moitié, témoigne d’une présence accrue des femmes de lettres sur les scènes littéraires françaises et francophones. Chaque année voit désormais la publication de nombreux premiers romans par de jeunes auteures ou des ouvrages par des écrivaines confirmées. L’on pourrait donc aisément croire que les femmes de lettres sont enfin parvenues à la reconnaissance tant culturelle que populaire. Et pourtant… En 2014, la lycéenne Ariane Baillon lançait une pétition sur Change.org pour contester la présence d’une seule femme philosophe, Hannah Arendt, au programme du Baccalauréat. Deux ans plus tard, l’enseignante Françoise Cahen soumettait une requête similaire au Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour inclure plus d’auteures au Bac L. Si, en 2018, celle-ci voit son vœu exaucé avec une épreuve exclusivement féminine (au programme : Madame de La Fayette, Madame de Staël et Colette), « sur les 51 textes présentés de 2003 à 2017, on compte… 3 signatures de femmes » (Brigaudeau). Il en va de même pour les prix littéraires : « Depuis la création du Goncourt . . . en 1903, les autrices françaises n’ont reçu que 159 prix sur les 740 récompenses décernées » (Orain et Dagorn). Enfin, Christine Planté et Audrey Lasserre nous rappellent que, en dépit de leurs contributions majeures à la littérature française, les écrivaines conservent une place presque insignifiante dans les manuels ou livres consacrés à l’histoire littéraire. Et que dire des auteures appartenant à ou représentant des perspectives minoritaires telles sexuelles ou ethnico-raciales ? Ces dernières subissent une double, voire triple invisibilisation. En dépit de leur grand nombre, les femmes de lettres, quel que soit leur contexte historique, demeurent ainsi encore marginales dans le paysage littéraire et la transmission de l’héritage culturel. Toutefois, comme l’exprime la féministe et philosophe afro-américaine bell hooks, les marges peuvent également incarner un puissant outil de conscientisation et de contestation. En effet, les auteures françaises et francophones ont contribué à la littérature d’expression française, et ce à n’importe quelle époque historique, des œuvres qui sont parmi les plus rebelles, originales ou politiques.

La conférence WIF 2020 propose d’examiner les voix et voies des marges et des marginalités à travers les siècles. Les propositions de communications pourront considérer les perspectives suivantes mais ne doivent en aucun cas s’y limiter :

  • Identités (individuelles, nationales, régionales, de genre, etc.)
  • Intersectionnalité (genre, classe, race, religion, etc.)
  • Discriminations, y compris les formes les moins discutées comme l’âgisme ou le capacitisme
  • Colonialisme et postcolonialisme
  • L’enseignement des marges au niveau universitaire
  • Précarité
  • Maladies (manies, obsessions ou dépendances)
  • Alternatives (perspectives, sociétés, féminismes, etc.)
  • Théorie des marges (queer, trans*, etc.)
  • Handicaps
  • Genres littéraires et cinématographiques
  • Place des femmes et autres perspectives sous-représentées dans la littérature ou le cinéma
  • Littératures et cinémas dits minoritaires
  • Empowerment
  • Rébellions
  • Paralittérature
  • Les rapports du (des) centre(s) avec la (les) marge(s)

Projet « One Book, One WIF » :

En partenariat avec nos collègues de WIF UK, Women In French participe au projet « One Book, One WIF ». Établi en 2017 par Stephanie Schechner, ce programme promeut l’étude d’auteures françaises ou francophones peu connues. L’auteure retenue pour la conférence de 2020 est Claire Legendre et son roman L’Écorchée vive (2009). Nous encourageons la soumission de propositions de communications ou de panels sur cette écrivaine.

Contributions :

Les propositions de communications ne doivent pas dépasser les 250 mots et doivent comprendre les coordonnées des intervenant.e.s ainsi qu’une notice bio-bibliographique (100 mots au maximum).

Les organisatrices encouragent la soumission de panels (3 intervant.e.s au minimum, 4 au maximum). Les propositions de panels doivent comprendre une explication de 250 mots ainsi que toutes les propositions individuelles.

Soumission :

Les propositions individuelles ou de panels peuvent être soumises au plus tard le 1er septembre 2019 via le site Internet de la conférence : http://www.wif2020conf.org

Calendrier :

1er septembre 2019 : soumission des propositions.

31 octobre 2019 : notification des acceptions ou refus.

30 novembre 2019 : date butoir pour confirmer (ou non) sa participation à la conférence.

15 décembre 2019 : date butoir pour régler les frais d’inscription à la conférence.

1er janvier 2020 : les intervenant.e.s sélectionné.e.s par le comité scientifique devront obligatoirement être membre de WIF avant le 1er janvier 2020 pour pouvoir participer à la conférence.

15 mars 2019 : Date butoir pour une demande de remboursement des frais d’inscription en cas d’annulation.